1 Belge sur 2 ignore combien il doit épargner pour sa pension

Les chiffres du Baromètre de sérénité financière de l’assureur-vie NN, collectés auprès de 4 000 Belges, révèlent que nous ne sommes que 19 % à croire que l’État sera capable de continuer à payer les pensions. Au sein de la plus jeune génération (18-34 ans), ils ne sont même que 14 % à le croire. Et pourtant, le Belge ne s’estime pas bien informé. Ils ne sont pas moins de 55 % en effet à déclarer avoir très peu de connaissances en matière de planification financière de la pension. Plus de la moitié d’entre eux ne savent pas combien ils doivent mettre de côté pour leur pension.


Pourtant, un simple calcul arithmétique les aiderait déjà. Ainsi, sur le site www.mypension.be, chacun peut aller consulter le montant de la pension légale (premier pilier) auquel il peut s’attendre. Ensuite, il faut comparer cette somme avec ses dépenses mensuelles. Enfin, la différence est à multiplier par 12 (le nombre de mois) et le nombre d’années de pension. Avec une espérance de vie de 90 ans, il faut donc réunir cette somme pour pouvoir vivre comme avant pendant 23 ans. Un exemple. Supposons que votre pension légale s’élèvera à 1 450 euros. Si vous voulez (continuer à) dépenser 3 000 euros par mois, vous devez y aller « de votre poche » à hauteur de 1 550 euros mensuellement. Ce qui donne, sur 23 ans, le montant de 427 800 euros. Et ici, nous ne parlons pas des éventuels coûts à engager pour adapter votre logement à votre état physique et aux exigences environnementales durant votre pension.

Des assurances pension complémentaire suffisantes ?

La question est à présent de savoir si les assurances pension complémentaires que vous constituez seront suffisantes pour combler l’écart entre la pension légale et vos besoins. Sur www.mypension.be, vous pouvez voir également le montant que vous rapporteront les assurances du deuxième pilier (assurances groupe). Plus de 4 millions de Belges ont contracté une telle assurance. Par ailleurs, plus de 2,5 millions de Belges cotisent à l’épargne-pension auprès d’une compagnie d’assurances ou d’une banque. La personne qui a cotisé à l’épargne-pension durant ces 30 dernières années a constitué un bas de laine de 60 000 euros en moyenne. Divisez ce montant par 23 ans et vous arrivez à une rente mensuelle de quelque 217 euros. Un montant qui viendra certainement bien à point, ce qui nous incite à encourager tout le monde à commencer l’épargne-pension dès son plus jeune âge.

Comment activer son épargne ?

Mais que faire de votre épargne restante ?
Pourquoi ne pas choisir des fonds d’investissement au lieu d’un livret d’épargne où l’argent ne fait que « s’évaporer ». L’inflation est en effet supérieure au rendement obtenu sur un compte d’épargne. Il est faux de croire qu’épargner à travers une assurance-placement est dangereux et très risqué. Il est important à cet égard de se faire assister par un professionnel et de respecter les règles de base suivantes :

- Diversifiez vos investissements sur différents actifs et produits;

- Étalez vos investissements dans le temps;

- Adaptez votre portefeuille en fonction de votre âge : plus vous approchez de l’âge de la pension, moins de risques vous pouvez vous permettre.

Conclusion : ne vous limitez pas aux assurances de pension complémentaire, activez également votre épargne en investissant intelligemment. 

N’hésitez pas à contacter notre bureau pour en parler. La perspective de votre pension est peut-être encore lointaine, mais n’oubliez pas que chaque année que vous reportez est une année perdue.

Source : NN  

Contact - Infos juridiques - Confidentialité des données

Copyright © 2018 FDP Consult.
Webconcept by Nextmove

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.   Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus     J'ai compris

Nous utilisons des cookies pour fournir ces informations et services. Un cookie est un petit fichier qui est simplement stocké par votre navigateur sur le disque dur de votre ordinateur. Cela permet, entre autres, d'analyser le comportement des utilisateurs de ce site Internet de manière anonyme. Vous pouvez configurer votre navigateur pour qu'il vous avertisse lorsqu'un cookie est en cours de création ou pour empêcher sa création automatique. Vous pouvez refuser l'utilisation de cookies par ce site Web, mais cela peut limiter sa fonctionnalité et sa facilité d’utilisation.